top of page
  • Photo du rédacteurAlison B.

Le désir de Mourir - Programmation de l'humain

Dernière mise à jour : 10 avr. 2022

Récemment, j’ai réalisé que l’homme vit avec le désir de mourir.

Et j’ai vécu ainsi pendant tellement longtemps,


Pardonnez-moi mais j’ai essayé de retourner cette phrase dans tous les sens et je n’ai pas trouvé d'autres façons de commencer cet article.


Mais quant à-t-on arrêté de désirer vivre ?

Cela fait bien longtemps que je tourne en rond sur ce sujet, et que j’observe les différents mécanismes qui nous ont liés à cette fatalité.


Alors on nait, on grandit, on vieillit et on meurt. Voilà le programme bien tracé qui résonne comme une fatalité. Si on pousse un peu plus, on nait, on grandit, nos cellules se développent, et puis après 18 ans, on commence le processus d’autodestruction du corps, si si, cours de SVT de 6ème, après 18 ans même notre cerveau commence à se désagréger lentement en perdant de la matière grise.


Du coup sur cette base, nous vivons, avec l’idée sous-jacente que nous devons nous préparer à mourir. Je ne sais pas si vous pouvez ressentir l’impact que cela a sur vous, sur vos cellules. C’est comme un engourdissement progressif.


Sur le plan spirituel, l’homme vit avec le désir de mourir, comme si cette vie était une prison, dans laquelle il venait expier les pêchers des vies passés, du coup le but est de soutenir l’insoutenable, de faire face aux pires horreurs en restant dans la foi et dans l’amour, en espérant sortir de cette expérience karmique, et retourner à la source, retourner dans le divin, au paradis, dans un endroit où tout sera bien plus paisible. En bref, je vais supporter le temps qu’il faut mais le graal c’est la mort. Tout ça sent la joie de vivre à plein nez vous ne trouvez pas ?


Aujourd’hui, A aucun moment, l’idée de vivre, de vivre longtemps, vraiment longtemps ne nous traverse l’esprit, alors si la pensée est créatrice et si la croyance de la mort crée notre réalité… Que sommes-nous entrain de créer ?

Au Moyen âge l’homme vivait en moyenne 25 ans, depuis nos corps ont évolués et atteignent une 100aines d’année, il semble y avoir un mouvement naturel vers la vie qui se place, et pourtant la mort reste la seule destination que nous considérons.

Il y a une question que je me suis posée pendant longtemps,

pourquoi l’âme acceptait encore et encore de revenir dans ce cycle infernal, pourquoi nous réincarnons nous sans cesse?

Pour souffrir ? pour vivre des épreuves ? pour apprendre ? non mais franchement ? Vous y croyez ? Vous croyez franchement que vous là-haut, si on vous disait que vous vous réincarniez pour faire des expériences vous signeriez le contrat ? Ou que vous aurez des bons points devant papa divin ?

Le jour ou j’ai reçu la réponse tout m’est apparu de façon tellement évidente …

« Pour Vivre »

l’âme veut vivre !!! l'âme veut un corps !!!

Lorsque j’ai connecté avec cette information c’est toute ma structure interne qui s’est mis à être transformée, c’est comme si une vague de joie se mettait à parcourir mon corps, je pouvais sentir cette joie inhérente à l’âme, à la vie.

Et l’âme qui aime ce corps, qui fusionne avec ce corps, qui cherche à le maintenir en vie, à le régénérer.


Cela fait maintenant des années que nous avons des preuves, des témoignages, de guérisons extraordinaire, comme si l’homme était capable d’activer la régénération de ses tissus, de son ossature. Comme si à l’intérieur de soi, la vie, pouvait avoir raison de toutes les pathologies et de toutes les blessures. Comme si quelque chose contenait toujours l’information d’un corps sain et en pleine santé, et pouvait venir informer le corps et activer tous les processus de guérison. Alors pourquoi n’en serait-il pas de même pour la régénération ?

En me penchant sur les ressentis du corps, j’ai commencé à me demander ce que ressent un nouveau-né, qui ouvre les yeux à la vie, j’avais l’impression de toucher une sensation familière, de désir de vivre, j’ai réalisé que si les enfants nous inspirent tant, c’est par leur innocence et la pureté qu’ils dégagent, mais aussi par cette incroyable lueur d’extase dans leurs yeux, cette envie de vivre pleinement, un émerveillement et une joie pleine et profonde de posséder un corps, de l’explorer.


Et un jour quelque chose arrive, un deuil, et on nous dit, c’est la vie. Comme une fatalité, un chemin obligatoire. C’est l’activation d’un programme d’une croyance qui commencera à créer notre réalité, cette croyance partagée par tous, alimente de façon nette notre conscience collective


« Actuellement, on croit que le monde environnant existe indépendamment de nous, qu'il existe lui-même, qu'il existe, pour ainsi dire, objectivement, et tout ce qui reste à l'homme est d'étudier ce monde, d'étudier ses régularités afin qu'elles soient utilisées au profit de la population. En réalité, ce n'est pas tout à fait vrai.


Pourquoi une telle idée est-elle généralisée ?


"Chaque matin, l'homme voit le soleil se lever et chaque soir il voit le soleil se coucher, l'homme voit un changement régulier de saisons, et les saisons alternent dans un seul et même ordre, l'étoile polaire et les autres étoiles se trouvent toujours aux mêmes endroits dans le ciel ; si nous lâchons un objet, celui-ci, comme la célèbre pomme de Newton, tombe toujours vers le bas. Tous ces phénomènes se produisent encore et encore et cela donne à l'homme l'impression qu'ils se produisent indépendamment de son existence, qu’ils sont des phénomènes objectifs échappant à son contrôle, donc qu’il a affaire à un monde objectif, existant indépendamment de lui. Et c'est là une grande erreur de compréhension de la part de l'homme.
Afin de connaître la situation réelle, il est nécessaire d'introduire le concept de conscience collective. La conscience collective est la fusion des consciences de tous les individus. Nous verrons plus tard que la conscience collective devrait inclure la conscience des autres êtres, par exemple, les animaux et, dans l'ensemble, la conscience de tout ce qui existe.
Dans la conscience collective, il existe certaines opinions stables et persistantes. Ces opinions sont stables, parce qu'elles sont formées à partir de la moyenne des idées de l'ensemble de la population humaine.
Chaque personne a ses propres croyances, ses propres opinions, sa vision des choses sur chaque sujet, et elles peuvent être très différentes de celles d'une autre personne. Mais si l'on considère l'ensemble des personnes, et elles sont très nombreuses, et que l’on fait la moyenne de ces opinions, la conscience collective aura une certaine idée constante sur toutes choses. Et ce sont ces mêmes croyances collectives concernant différentes choses que les gens perçoivent comme une réalité objective. L'illusion est créée par cette même persistance de la croyance qui en résulte, bien qu'elle ne soit que la moyenne d'un grand nombre d'objets ; dans ce cas, elle est la moyenne des croyances existant dans la conscience des gens. "
Grigori grabovoi




Que se passerait-il si nous commencions à nous ouvrir à une autre possibilité, celle de vivre ? Déjà le premier point qui se pose s’est d’en avoir envie, car le monde que nous avons créé, alimente cette envie de « sortie ».

Au cours du siècle dernier, nous avons commencé à admettre, l’éternité de l’âme, ou l’éternité de cette partie de nous qui ne disparait jamais même après la mort, pourrions nous admettre que cette partie est fondamentalement liée à un désir profond de vivre ?


Récemment j’ai compris un point important qui réside dans la notion de choix, le choix de vivre, mais aussi le choix de sortir d’un corps pour en réinvestir un autre plus tard, ou pas, au final, plus profondément nous entrons sur ce terrain, et plus le sentiment de liberté est grand, il n’y a plus de limites, de règles, simplement celles que nous nous imposons à nous-même, et une seule loi, celle du coeur.


Je crois que la vibration que j’avais envie de porter c’est une re-connexion au désir de vivre, pleinement. C’est une décision, c’est aussi une décision de ne plus prendre la route de nos souffrances, de continuer à alimenter des « processus », des expériences de souffrances, avec la croyance sous-jacente que ces processus vous feront grandir, que le chemin de croix vous mènera à l’illumination.


Regardez un petit instant, si j’ai la croyance que les processus douloureux me font grandir, ou m’éveiller, et que je veux avancer, grandir, m’éveiller, alors que vais-je créer ?

Il y a une grande prise de responsabilité sur nos vies, quel est le bénéfice que nous retirons consciemment ou inconsciemment d’une vie pleine d’épreuves ? Quelles sont les croyances qui demandent encore à évoluer ? pour moi, et pour la conscience collective.


Et si c’était possible de vivre éternellement ? A quoi ressemblerait ma vie ? A quoi ressembleraient mes journées si je ne prévoyais pas ma mort ? Et si le paradis était réellement ici ?


Alison Sarah

171 vues0 commentaire

Comments


bottom of page